mercredi 7 novembre 2012

Quand passer l'examen d'entrée à l'école des avocats ?


J'ai déjà eu l'occasion de parler des conditions pour passer cet examen ici et ici. Je souhaite répondre dans ce billet à la question suivante : est-ce qu'il vaut mieux le passer à la suite de son Master 1, à la suite de son Master 2 ou bien consacrer une année à le préparer ? Il n'y a pas de réponse toute faite (sinon je ne rédigerais pas de billet à ce sujet) mais de nombreux paramètres entrent en compte pour faire son choix.

Juste après le M1

Il s'agit de la situation dans laquelle un étudiant inscrit en M1 s'inscrit en même temps à l'IEJ. Il y a donc cumul du M1 et de l'IEJ la même année.

Avantages :
  • Les matières de M1 correspondent souvent plus aux épreuves de l'examen que celles du M2 et les souvenirs de celles étudiées en Licence sont plus frais.
  • C'est le chemin le plus court vers la profession d'avocat.
  • Il est toujours possible de faire un M2 en cas de réussite (soit dans le cadre du PPI à l'école, soit en repoussant l'entrée à l'école d'un an).
  • Si vous ne souhaitez pas vous éterniser à l'université, sachant qu'il est possible de passer l'examen trois fois, il est possible de passer l'examen à l'issue du M1, à l'issue du M2 et en dernier recours de prendre un an pour le préparer.
  • Plus votre IEJ organise l'examen tard ou sur une période étendue, plus vous pouvez vous permettre de le passer juste après le M1 car vous aurez le temps de réviser.

Inconvénients :
  • Cumuler le M1 et l'IEJ est difficile : le M1 prend le pas sur l'IEJ et l'année devra être extrêmement studieuse pour réussir. Il faut s'astreindre à faire tous les entraînements de l'IEJ, sinon le décrochage est assuré.
  • En cas d'échec à l'examen, et si vous souhaitez intégrer un M2, vous commencerez votre année crevé alors qu'il faudra sûrement rattraper le retard des premières semaines (non-admissible) ou des premiers mois (admissible mais non admis).

Juste après le M2

Il s'agit de la situation dans laquelle un étudiant inscrit en M2 s'inscrit en même temps à l'IEJ. Il y a donc cumul du M2 et de l'IEJ la même année.

Avantages :
  • Le M2 laisse parfois plus de temps pour réviser les épreuves de l'examen et passer les entraînements de l'IEJ en raison, notamment, du temps dégagé pour le stage et/ou le mémoire.
  • Si vous avez fait votre choix de M2 avec les épreuves de l'examen en tête (notamment votre choix de spé), vous aurez peut-être approfondi certaines épreuves et ferez ainsi un carton plein dans celles-ci (« une pierre, deux coups »).
  • Si vous ne souhaitez pas vous éterniser à l'université, cela vous évite de consacrer un an à la préparation.
  • Plus votre IEJ organise l'examen tard ou sur une période étendue, plus vous pouvez vous permettre de le passer juste après le M2 car vous aurez le temps de réviser.

Inconvénients :
  • Les soutenances de M2 se déroulent parfois en septembre, en même temps de l'examen.
  • Cumuler le M2 et l'IEJ est difficile : le M2 peut prendre le pas sur l'IEJ et l'année devra être extrêmement studieuse pour réussir. Il faut s'astreindre à faire tous les entraînements de l'IEJ, sinon le décrochage est assuré.

Consacrer un an à le préparer

Il s'agit de la situation dans laquelle un étudiant qui vient de valider son M1 ou son M2 décide de consacrer une année à préparer l'examen dans un IEJ.

Avantages :
  • Prendre son temps pour approfondir et maîtriser les épreuves, notamment écrites.
  • Faire éventuellement un stage à côté.

Inconvénient : c'est le chemin le plus long vers la profession d'avocat.

Notez qu'il est possible de faire un Master 1, de consacrer une année à préparer l'examen et de postuler à un Master 2 (avant de passer l'examen) pour s'assurer un plan B en cas d'échec. Toutefois, il apparaît que les directeurs de M2 ne sont pas très friands des étudiants qui n'ont fait que l'IEJ durant une année après leur M1. La solution peut être d'effectuer des stages et/ou des séjours linguistiques à l'étranger pour redorer le CV.

Anticipez !

Quel que soit votre choix, je vous conseille de vous inscrire au plus tôt à l'IEJ (si vous le pouvez bien entendu car l'inscription est tout de même payante). Même si vous ne passez pas l'examen au bout du compte vous vous serez familiarisé avec les épreuves et les exigences de celui-ci. L'IEJ est un lieu de préparation mais c'est le moment de votre cursus universitaire où vous serez le plus laissez à vous-même. J'ai eu l'occasion de m'inscrire à l'IEJ en Master 1 car j'avais une « option préparation aux concours » (je n'ai donc pas eu à régler les frais d'inscription). Si je n'ai pas vraiment révisé cette année là, j'ai fait pratiquement tous les devoirs et cela m'a été d'une très grande utilité pour l'année que j'ai consacré à ma préparation à l'examen. Je savais exactement où je mettais les pieds et comment m'organiser. Nombreux sont ceux qui, consacrant une année à l'IEJ, tombent dans le piège du temps libre (comme en première année de fac), ne réalisant pas le travail qu'il faut abattre.

Bon courage !

8 commentaires:

  1. bonsoir,

    très bon billet ! En tant que petit étudiant de L3 je ne sais pas si je suis capable de tenter le COUP DE POKER l'an prochain avec le cumul ( non pas des mandats) mais de l'IEJ et du Master1 ...

    De province, j'aimerais découvrir une fac de " grandes villes", qu'en penses tu ?
    bonne continuation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton envie de "voir plus grand". La taille de la fac importe peu donc fais ce que tu veux. Il faut surtout que tu sélectionnes le Master qui t'intéresse le plus et qui s'inscrit dans ton projet professionnel (même si tu pourras toujours changer d'avis). Si en plus il est dans une ville qui t'attire banco. Pour le coup de poker là aussi c'est un choix personnel.

      Supprimer
  2. Bonjour,

    Une année de préparation dans un IEJ comme quand et s'arrête quand exactement ? En ce qui concerne les prépa privées est-ce seulement des prépa d'été ou se font elles sur toute l'année ?

    Merci d'avance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Cela dépend des IEJ et des prépas privées. Le mieux étant donc de consulter leurs sites web.

      S'agissant des IEJ, la durée est globalement calquée sur une année universitaire.

      S'agissant des prépas privées, il y a souvent plusieurs formules (juste des docs, corrections à distance, préparations intensives durant les vancances...).

      Bon courage !

      Supprimer
  3. Merci, merci MERCI MERCI pour ce billet !
    Vous ne savez pas à quel point vous m'éclairez. Tout parait maintenant si limpide :) je tenterai donc le coup dès le M1 en m'inscrivant dans une IEJ
    Dans ce cas, je dois oublier tout éventuel échange international ? Même sur un seul semestre ? :(

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Merci beaucoup pour ce billet très intéressant.
    Savez-vous s'il est possible de tenter le CRFPA après une L3, soit la session septembre6octobre de son M1? Cela pourrait être intéressant sachant qu'il est possible de tenter l'examen 3 fois..
    En vous remerciant par avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    Merci pour ce billet qui résume très bien la situation !
    Avez-vous des échos d'étudiants qui ont pris un an pour préparer le concours après le M2 (tout en faisant des stages), et si oui, comment s'est passé la préparation ?
    Autre petite question: si on s'inscrit à l'IEJ, et que finalement on décide de ne pas présenter le concours, mais de le passer l'année suivante, est-ce qu'on ne "grille" pas une chance au concours ? (Vu qu'il y a une limite de trois essais)?

    En vous remerciant par avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour ! Peut-on passer l'examen en fin de M1 puis commencer les cours de M2 ensuite même si on ne sait pas si on a réussi ou non ? Car vous dites " alors qu'il faudra sûrement rattraper le retard des premières semaines (non-admissible) ou des premiers mois (admissible mais non admis). " Ce que je ne comprends pas ... Merci d'avance !

    RépondreSupprimer