dimanche 28 octobre 2012

Admis à l’École des avocats


Après avoir survécu à cinq oraux – car je n'avais pas de dispenses, cancre que j'étais durant mes « années fac » – dont le fameux « Grand O » devant une magistrate, un avocat et un professeur de Droit : une nouvelle attente. Celle-ci devait être extrêmement courte (les résultats d'admission étant traditionnellement annoncés le soir du grand oral après délibération du jury), mais le prononcé a été repoussé au lendemain, 16H. Elle fut donc simplement brève. 

Notre Directrice nous a annoncé qu'elle allait les proclamer « comme cela se fait traditionnellement, à la criée, dans le hall de l'Université ». Nous avons été un peu surpris, non du procédé, mais du lieu (l'an dernier c'était dans un amphi), mais qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse ! Les quelques étudiants dans le hall de la fac en cette veille de vacances de la Toussaint ont du être encore plus surpris que nous de cette façon d'annoncer les résultats d'admission.

Nous voici donc dans le hall de la fac de Droit. Elle descend l'escalier principal qui la mène de l'administration à nous. Nous nous précipitons vers elle : « Les admis à l'école des avocats sont... ». La liste des candidats admis débute dans l'ordre alphabétique et quand mon nom est susceptible d'être dit, le stress est à son maximum. Lorsque j'entends finalement mon nom, je contiens un cri de joie pour ne pas empêcher mes camarades d'entendre les leurs. Alors que le nom de la dernière candidate de la liste sort de la bouche de notre Directrice, nous explosons de joie et applaudissons notre réussite, nos efforts passés, notre sueur et nos larmes. Même notre toute nouvelle Directrice (arrivée en poste en juin) est émue. Cette émotion qui couronne plus d'un an de travail rigoureux dès les premiers mois et acharnés durant les derniers mois est un bonheur que je souhaite à tous ceux qui suent sang et eau pour obtenir le Graal de l'admission à l'école des avocats.

Je n'ai jamais été un élève ou un étudiant brillant, mais j'ai toujours été passionné et c'est la passion et une volonté sans faille d'embrasser l'avocature qui m'ont mené jusqu'ici. Je suis fier de cette réussite que je considère comme méritée après tant de labeur. J'encourage toutes celles et ceux qui ont cette même passion de ne jamais se décourager et de se battre.

Ainsi se terminent sept années universitaires.

Jeunes étudiant(e)s, si vous souhaitez devenir avocat, ne vous leurrez pas, rares sont ceux qui sont admis après seulement quatre ans d'études (j'ai d'ailleurs beaucoup d'admiration pour eux qui cumulent leur Master 1 avec la préparation à l'Institut d'Etudes Judiciaires - IEJ - et sortent vainqueurs sur tous les fronts). Si vous ne redoublez pas, c'est déjà une victoire (comme en témoigne cet article comprenant l'infographie suivante) !


Ensuite, comme la grande majorité des élèves-avocats, vous obtiendrez surement un Master 2 (alors qu'un Master 1 suffit) et passerez, enfin, l'examen à l'issu d'une année de préparation dans l'IEJ de votre Université. Sans compter que vous passerez peut-être une année à l'étranger. 

Le chemin est difficile mais je reste certain que le jeu en vaut la chandelle.  


Chers lectrices, chers lecteurs : en route, pour de nouvelles aventures !



8 commentaires:

  1. Bravo! je suis très heureux pour vous, tout simplement!

    Je compte sur vous pour nous narrer la suite de vous pérégrinations vers votre robe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Je vais continuer sur ma lancée, jusqu'à la robe certainement, et surement au-delà.

      Supprimer
  2. bien sur j'ai mis 18 fois le catchup hein pour commenter.... je suis devenue robot

    RépondreSupprimer
  3. Félicitations! :-) Peux-tu partager quelques sujets qui sont tombés au grand oral dans ta fac? Merci beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques sujets du grand oral de l'IEJ d'Angers :
      - Le droit à l'adoption (il y a aussi eu un texte sur l'adoption).
      - Le corps humain
      - L'art. L. 611-1, al. 1er CESEDA
      - Un extrait d'une interview de Brice Hortefeux dans laquelle il souhaite des jurys populaires au tribunal correctionnel et que le JAP et le Président du tribunal correctionnel soient élus (avec une référence à la Révolution française où des juges étaient élus).
      - QPC, 5 octobre 2012 (seulement la partie sur la suppression du carnet de voyage, pas celle sur les droits civiques).
      - La confrontation des droits fondamentaux.
      - Une décision sur la GAV des étrangers, je crois que c'était civ. 1ère, 5 juillet 2012.
      - La procréation médicalement assisté.
      - Le travail forcé.
      - L'enfant et le procès.
      - La liberté d'expression et la liberté de religion.
      - La reconnaissance du droit de vote des étrangers.
      - un texte plus ou moins sur l'impartialité des juges ; je crois qu'il s'intitulait : "traiter, juger, décider".
      - ...

      Supprimer
  4. Félicitation ! Etape suivante : devenir avocat...

    RépondreSupprimer