mardi 10 juillet 2012

L'IEJ est fini...



... vivent les vacances révisions !


Les deux derniers mois de l'IEJ ont été marqués par les derniers cours et examens blancs. Notamment, mon grand oral blanc ! C'est donc l'occasion de vous en dire un peu plus sur cette épreuve qui est la plus redoutée et de faire un point sur les derniers jours à l'IEJ.

Le grand oral (blanc)

Officiellement, cette épreuve s'appelle un « exposé-discussion ». Elle est, vous allez le comprendre, assez révélatrice de l'aptitude d'un candidat à devenir avocat. 

Il s'agit d'une épreuve orale, la dernière, devant un jury d'au moins un universitaire, un avocat et un magistrat. En province, les résultats d'admission à l'examen d'entrée au CRFPA sont donnés le soir même (je ne pense pas que cela soit possible à Paris étend donné le nombre de candidats passant le grand oral, mais je n'en ai honnêtement aucune idée). Cette épreuve est donc très symbolique. Elle marque (ou pas) la fin de l'ère universitaire.

Le déroulement est le suivant : 1H de préparation sur un sujet ayant trait à la protection des droits et libertés fondamentaux (ci-après DLF), 15mn d'exposé puis 15mn de discussion. 


Le terme « discussion » me fait beaucoup rire car il s'agit plutôt d'un mitraillage de questions. D'ailleurs, lors de la « discussion », il y a toujours un juré pour poser une question à laquelle il sait que le candidat ne pourra pas répondre (parfois car il n'y a tout simplement pas de réponse), dans le but d'évaluer sa réaction mais surtout son raisonnement juridique.

Soyons clair, cette épreuve a beau avoir pour but d' « apprécier l'aptitude à l'argumentation et à l'expression orale du candidat » (article 8 de l'arrêté du 11 septembre 2003), la quantité de connaissances à assimiler est énorme car la protection des DLF touche tous les domaines du Droit. Il est impossible de tout savoir et il, en tout état de cause, impossible d'être exhaustif sur un sujet touchant les DLF en 15mn. Heureusement, les textes juridiques sont consultables durant l'heure de préparation. C'est parfois d'un maigre secours et, une heure passant vite, il vaut mieux avoir de solides bases et avoir manié les différents textes avant l'épreuve pour aller vite.

Le domaine de révision peut être organisé autour de cinq grands thèmes : les sources des DLF (en bref, les grandes déclarations de droits fondamentaux et le régime régissant leur protection) et les DLF relatifs à la personne considérée comme un être vivant, comme un citoyen, comme un justiciable et comme un acteur économique et social. Je reprends ici le plan d'un ouvrage bien connu des candidats et il faut savoir que le domaine est en fait encore plus large mais donne déjà de bonnes bases. A ce propos, aucun manuel n'est exhaustif sur cette matière et ne saurait suffire. Il faut en plus, notamment, suivre l'actualité de très près. Pas seulement l'actualité juridique. Il faut avoir un regard de juriste sur l'Actualité. Il faut donc à la fois avoir une culture juridique et une culture générale. 

Mon IEJ nous prépare bien à cette épreuve car nous avons eu des cours sur les sources et, ensuite, certains d'entre nous ont pu volontairement passer un oral blanc sur les autres thèmes susmentionnés. L'oral blanc se déroule devant le Directeur de l'IEJ... et toute la promo, dans un amphi. Après tout, le (vrai) grand oral est public (à la différence près que le public est dans le dos du candidat). A l'issu de l'oral blanc, nous avons une correction de celui-ci. 

Si vous souhaitez des conseils pour vous préparez à cette épreuve, je vous recommande vivement deux articles du blog de Stéphanie Resche, à lire ici et ici


Les 100 derniers jours

Début juin, je réalise qu'il reste environ 100 jours. Cela peut paraître long mais après 9 mois de révisions on se rend compte que l'échéance approche à grand pas : 3 mois ! J'ai hâte, j'ai peur.

Fin juin, l'IEJ se termine. Le nombre de cours n'a jamais été très soutenu mais certains profs s'arrangent pour nous en donner jusqu'au bout (le 29 juin) alors que je rêve de me plonger dans mes révisions à fond et sans interruption, même professorale (oui, je vous assure c'est un rêve et oui, je suis fou, et alors ?).

Début juillet, mon planning de révisions de l'été est établi. Le stress monte : et si je n'étais pas à la hauteur ? Je vais courir. Je reviens. Ça va mieux. Pour combien de temps ? Une nuit. C'est normal, il me semble, il va falloir vivre avec jusqu'en septembre. Et si tout se passe bien, jusqu'en novembre. Je n'ai pas la prétention d'envisager que j'ai le niveau et que l'examen n'est qu'une formalité, non. Après tout ce travail fourni, toute cette énergie dépensée, je pense juste que je le mérite. Mais un concours examen ne se réussit pas au mérite. Ça se saurait ! Il faut être bon à un instant T. Et puis ce n'est pas parce que j'ai beaucoup travaillé que j'ai le niveau.

Bref, l'été sera trop long et trop court à la fois.

Il pleut. Votre été commence mal. Le miens aussi !


*
PS : C'est l'heure de la réclame ! Voyez absolument (si ce n'est pas déjà fait) « CRFPA, le film » de la promotion 2012-2013 « Robert Badinter » de l'EDARA (l'EDA de Lyon) qui retrace l'accession à la profession d'avocat de cinq étudiants, en cinq chapitres :
1/ La préparation (c'est où j'en suis),
2/ Le concours (c'est bientôt !),
3/ L'école des avocats (c'est où en sont elle promotion 2011-2012 et lui promotion 2012-2013),
5/ Une nouvelle ère (là je suis désolé je n'ai pas de blog de jeune avocat(e) à disposition ! Mais il y a ceux qui ont de la bouteille : MaîtreMô et Maître Eolas qu'on ne présente plus).  


*
MAJ : Sur Twitter, @PandaDoree m'a communiqué le blog d'un jeune avocat cuvée 2008, à découvrir, donc.

6 commentaires:

  1. Bonsoir,
    je m'inscris à l'IEJ à la rentrée. Je voulais savoir si les cours d'amphi en IEJ sont des cours "complets" comme en fac de droit ou si c'est plutôt de l'actualisation (et dans ce cas il faut que l'on revoie par nous-même les bases)? En tout cas merci pour ton blog, c'est rassurant de partager les angoisses entre futures (je l'espère) avocats.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela dépend des IEJ et aussi des professeurs. Je peux être plus précis pour Tours et Angers mais pas les autres. En règle générale, c'est surtout de l'actualisation. Fort heureusement d'ailleurs ! Tu te rendras compte que si un prof fait un cours entier, tu perdras du temps car il faudra aussi approfondir certains thèmes dans un manuel. Autant faire une pierre deux coups ! Par contre, l'actualisation est nécessaire. Même en suivant l'actu, un regard professoral est toujours utile. Bon courage à toi ! ;-)

      Supprimer
  2. Bonjour,

    Je commence mon master 2 à Angers à la rentrée prochaine et parallèlement, je vais suivre les cours proposés par l'IEJ. Avez vous des conseils particuliers à me donner ?
    Si je réussis l'examen d'entrée à l'ECOA de Poitiers dès la première tentative, avez vous connaissance des modalités de transfert dans le cas ou je souhaiterais intégrer l'EDAGO à Rennes et ne pas rester sur Poitiers ? C'est assez difficile de trouver des informations sur le sujet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les conseils par rapport à l'IEJ, pas plus que ce que j'ai blogué (et bloguerai car j'ai des brouillons qui attendent au chaud - mais pas tellement le temps de les finaliser en ce moment). Par ailleurs, certaines spécificités angevines sont vouées à disparaître car le Directeur de l'IEJ vient de changer.

      Concernant l'ECOA/EDAGO, je sais que des étudiants "angevins" sont déjà allés à Rennes. Je crois qu'il faut justifier d'un stage ou d'une adresse bretonne ; mais je n'en sais pas plus à ce sujet.

      Supprimer
  3. Salut, j'aimerais connaitre la date des résultats pour les écrits du crfpa de l'iej Tours....Une petite idée PetitAvocat?

    Merci d'avance pour la réponse

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cet article intéressant. Sur Juriclic.net, trouvez un avocat en ligne est à votre écoute pour vous aider à résoudre vos questions.

    http://www.juriclic.net/

    RépondreSupprimer